Une maternite ecoresponsable hygiene du bebe
Vanessa Cloutier

Vanessa Cloutier

Une maternité écoresponsable : l’hygiène du bébé

Une maternité écoresponsable : l’hygiène du bébé

Vanessa Cloutier, collaboratrice d’Effet PH, vous prépare un merveilleux dossier sur une maternité écoresponsable. Nous vous présentons son quatrième texte : l‘hygiène de bébé.

Quand j’ai commencé à tendre vers un mode de vie zéro déchet, j’ai reçu plusieurs fois le commentaire suivant : « Attends d’avoir un bébé, tu vas voir que ça en fait des déchets!» Me voici donc, trois enfants plus tard, à vous écrire que c’est bel et bien possible de devenir parent sans remplir votre poubelle.

Couches 

Le premier sujet qui est toujours abordé est celui des couches. Un modèle jetable restera sur Terre de 300 à 500 ans, peut-être même plus!  Malgré que plusieurs compagnies vendent des couches jetables dites « écologiques », cela semble être une fausse bonne idée. Bien sûr, elles sont produites avec des matériaux plus naturels, sans chlore et sans agent toxique, mais qu’en est-il de leur fin de vie? Ces couches sont bien certifiées biodégradables. Le seul hic est que, pour qu’un produit se dégrade, il doit être en contact avec certains éléments comme l’air et l’eau, ce qui n’est pas le cas dans un dépotoir. Voilà pourquoi le choix de ces couches devrait être utilisé comme dépannage et non quotidiennement, selon vos besoins.   

Heureusement pour vous, les couches lavables se sont beaucoup améliorées depuis plusieurs années. Il existe maintenant tellement de modèles et de marques qu’il peut être difficile de faire un choix. Je vous partage donc un article expliquant les avantages et les désavantages de chacun. 

Aussi, il est possible de rencontrer quelques problèmes au court de cette belle aventure. Voici donc des pistes de solutions :

  • Couches tachées : rien de plus simple! Vous n’avez qu’à les étendre dehors par une journée ensoleillée et laisser la magie opérer. 
  • Fuites : c’est souvent un problème d’élastiques. Après beaucoup de lavages, il se peut que ceux-ci soient plus lâches et qu’il vous faille les changer. Une bonne couturière devrait y arriver sans problème. 
  • Inserts qui se saturent trop vite : il est temps d’ajouter un insert supplémentaire dans la couche puisque l’enfant grandit, et donc, la grosseur de sa vessie aussi. Il vous est possible d’en acheter dans des commerces vendant des articles zéro déchet.

Bien que vous rentriez vite dans votre investissement et que vous sauverez beaucoup d’argent par la suite, s’équiper en couches lavables demande un plus grand budget de départ. Voici donc des trucs pour minimiser les coûts. 

  • Achats usagés : beaucoup de mamans vendent des lots de couches à des prix très avantageux sur des plateformes comme le  marketplace de Facebook. Pour bien savoir comment désinfecter les couches usagées, voici un petit guide.
  • Remboursement par la ville : la majorité des villes offrent un remboursement de 100 $  à 200 $ pour l’achat de couches lavables. Vous pouvez vous informer sur le site Internet de cette dernière.  Cette demande nécessite un reçu, donc ne fonctionne que pour les achats en magasin. 
  • Le nécessaire : Vous aurez besoin d’environ 24 couches. Cela vous permet de les laver aux deux jours, et éventuellement, aux trois jours quand les pipis s’espacent. Avertissement : les couches sont belles! Elles sont mises de l’avant dans n’importe quel magasin écolo, vous invitant donc à en racheter, car « votre petit sera tellement beau dans celle-là ». Ne tombez pas dans le piège. L’accessoire le plus écolo et économique est celui que l’on n’achète pas.

Finalement, pourquoi ne pas utiliser des serviettes en guise de lingettes pour accompagner vos belles couches lavables? Vous n’avez qu’à les laver en même temps que vos couches. Encore une fois, nul besoin de se ruiner en achetant ce produit. Vous pouvez tout simplement utiliser un vieux drap et le couper en carrés. Il vous est également possible d’aller directement dans un commerce de tissus et de les confectionner vous-même.  

Crème pour les fesses

Plusieurs crèmes commerciales sont déconseillées avec les couches lavables puisqu’elles nuisent à l’absorption de celles-ci. Assurez-vous donc d’acheter une marque qui est compatible ou mieux encore : fabriquez là vous-même! Vous trouverez dans cet article tous les ingrédients que vous pouvez utiliser. Je vous partage également ma recette préférée

  • Une portion d’huile de coco
  • Deux portions d’argile blanche

* Je n’ai pas précisé les mesures des portions puisque la quantité de crème à préparer dépend des besoins de votre bébé.

Bien mélanger ensemble avec un ustensile qui n’est pas en métal (cela nuirait aux propriétés de l’argile) dans un contenant en vitre. Elle se conserve un à deux mois. 

Les crèmes ne sont  nécessaires que si votre bébé a les fesses irritées. En cas contraire, il est conseillé de ne rien mettre du tout.  

Produits d’hygiène

Depuis quelques années, les commerces de produits en vrac sont de plus en plus présents. Une petite recherche Internet en inscrivant « vrac » et le nom de votre ville et le tour est joué. Il vous est donc possible de remplir votre savon à lessive, votre savon pour le corps de bébé, votre pâte à dent, votre crème hydratante, etc. En plus de réduire les emballages, ces produits sont souvent biologiques, locaux et plus naturels.  

Le seul que je n’ai pas encore trouvé en vrac est la crème solaire. Si, comme moi, vous refusez les crèmes chimiques vendues en magasin et désirez la concocter vous-même, voici quelques informations pertinentes sur le site Web des trappeuses.

Partager l'article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Abonnez-vous à
notre infolettre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Laissez-vous inspirer par ces articles :

La slow cosmétique, la cosmétique éthique
Hélène Boissonneault

La slow cosmétique, la cosmétique éthique

Le mouvement SLOW se retrouve de plus en plus dans tous les domaines. Le domaine des cosmétiques n’y échappe pas. C’est en 2012 que Julien Kaibeck instaure le mouvement de la slow cosmétique.

M. Kaibeck établit une charte basée sur 4 piliers afin de bien encadrer cette tendance de plus en plus répandue.

Lire l'article »

Laisser un commentaire