Loading...

Le plaisir de vivre avec nos moyens

Le plaisir de vivre avec nos moyens

L’endettement des ménages au Canada a connu une montée dans les dernières années et cela n’est guère mieux au Québec d’ailleurs. Selon Statistique Canada, chaque ménage avait 1,67 $ de dette sur le marché du crédit pour 1,00 $ de revenu disponible. Pour ce qui est du Québec seulement, les ménages ont doublé leurs dettes en 15 ans.

Certains disent que tout ça n’est pas tragique tandis que d’autres sonnent l’alarme. Selon ces derniers, une hausse du taux d’intérêt ou encore la perte d’emploi à long terme d’une personne pourrait causer une catastrophe économique chez plusieurs.

Le stress financier, qui touche 1 québécois sur 2, a pour impact entre autres la perte de sommeil, les disputes avec son entourage et un sentiment de privation. Rien de très réjouissant. Tandis que les gens qui vivent selon leurs moyens, et leurs réels besoins, disent vivre moins de stress et peuvent se permettre des petits plaisirs de temps en temps sans sentir de privation le reste du temps.

Vivre selon ses moyens, c’est d’abord et avant tout de ne pas acheter à crédit. Cela peut être attirant de payer en 32 versements égaux et sans intérêt (hum hum), mais cela reste du crédit et 32 mois, c’est long, il peut arriver beaucoup de choses durant ce temps qui vous feront ne pas être capable de payer à temps. Prendre le temps de magasiner, de choisir, d’attendre les soldes et avant d’acheter permet d’apprécier davantage notre achat, de le savourer pleinement et parfois même se rendre à l’évidence que nous n’en avons même pas besoin avant de faire ledit achat.

Ne pas faire d’achat spontané et impulsif est une autre façon de vivre selon ses moyens. Faire un achat spontané permet un bonheur immédiat, mais à court terme. Lors de l’acquisition, nous ressentons un plaisir de posséder l’objet, toutefois, ce plaisir s’atténue rapidement et le besoin de posséder autre chose remplace le plaisir par un désir qui encore une fois devra être répondu pour retrouver ce même bonheur. C’est un cercle vicieux de surconsommation. Les gens qui vivent selon leurs moyens et surtout leurs besoins, apprécient davantage ce qu’ils possèdent et ressentent ainsi donc moins le besoin d’acheter compulsivement.

Facile à dire, mais difficile à faire pour certains, cesser de se comparer aux autres, à notre voisin ou notre famille, aide beaucoup à vivre selon nos moyens. Les besoins du voisin de gauche sont différents de ceux de droites et surtout des nôtres. Il en est de même pour notre famille. Aussi, les besoins et les revenus sont souvent bien différents. Établir quels sont NOS besoins réels pour la semaine, le mois, l’année à venir, aide à ne pas se comparer aux autres et évite que nous achetions pour avoir « comme l’autre ».  

Vivre selon nos moyens nous permet d’éviter un stress financier, de mieux dormir la nuit, de posséder ce dont nous avons réellement besoin et permet aussi de mettre de l’argent de côté pour des projets, des imprévues ou pour se faire plaisir de temps en temps.  

Vivre avec moins, selon mes besoins et mes moyens me permet d’être plus libre. Je suis libre de faire le métier qui me passionne et de le faire chez moi en étant présente à mes enfants. Je suis libre des créanciers, libre d’esprit et beaucoup plus libre de mon temps, car je possède moins donc moins d’entretien. Je suis plus calme, car je n’ai pas l’impression de courir après l’argent, après le temps. Je n’ai pas besoin de travailler plus pour avoir plus. Je travaille moins, car j’ai moins et je désire moins. Je pourrais en fait me payer plus de choses, mais je choisis de ne plus jamais avoir de dettes et ainsi avoir plus de calme dans ma vie.

J’habite dans un 5 et demi qui convient parfaitement à mes besoins en tant que mère de famille et éducatrice en milieu familial. Certaines personnes ne comprennent pas que je n’aie pas de salon, pas de téléviseur, pas de divan.   Je n’en ai pas besoin. Jamais personne ne s’est plaint en venant chez moi que mes chaises de cuisine n’étaient pas confortables. Ma voiture est usagée, très usagée, mais elle me mène du point A au point B et la plupart du temps, j’utilise le covoiturage pour les longues distances et ce même si j’avais une Audi neuve dans la cour.

Vivre selon mes moyens est un plaisir qui se perpétue chaque jour, et ce tout à fait gratuitement !

Vous aimeriez aussi

Aucun commentaire