Moins dépenser pour mieux consommer
Hélène Boissonneault

Hélène Boissonneault

Moins dépenser pour mieux consommer

Peu importe le domaine, à moins de vivre d’autosuffisance complète, nous devons tous nous procurer à l’occasion des produits ou des services selon nos besoins que ce soit alimentaire, pharmaceutique, de divertissement, de la construction…

Un élément primordial à considérer afin de consommer intelligemment et de manière réfléchie et de savoir dans quel état nous sommes lorsque nous effectuons nos emplettes. D’ailleurs, en marketing, il existe 2 états possible au moment où nous faisons des achats soit le Cold State et le Hot State.

Celui qui nous intéresse le plus en minimalisme est le Hot State, car c’est celui-là qui nous fait surtout surconsommer. Cet état survient lorsque nous achetons sous l’impulsion du moment. Par exemple, il fait chaud dehors alors nous nous procurons de la crème glacée à l’épicerie ou faisons l’acquisition d’une vie à Candy Crush parce que nous voulons recommencer le niveau immédiatement et non attendre d’en accumuler de nouvelles avant de pouvoir rejouer.

Cet état se produit aussi après avoir déjà effectué un achat : vous venez de vous acheter un billet au cinéma et tout de suite après un maïs soufflé sans même avoir faim, simplement par impulsion. Plusieurs se font prendre lors d’achat plus gros comme un ordinateur, finalement vous repartez avec la garantie, les logiciels, l’installation, l’imprimante tous à rabais grâce à votre nouvelle acquisition.

Le Hot State survient au moment où les émotions sont de la partie et qui fait que somme toute, nous achetons le plaisir instantané et que nous considérerons plus tard si c’était un choix judicieux ou non.

L’état que nous devons rechercher est le Cold State qui, quant à lui, est un état d’esprit calme et réfléchi lorsque nous prenons une décision d’achat. Par exemple, on désire avoir de nouveaux pneus d’hiver sur notre voiture et pour ce faire, nous allons magasiner divers commerçants ou diverses marques en s’informant selon nos besoins et notre budget. Un autre exemple de cold state, est de se faire une liste d’épicerie et d’aller chercher uniquement ces aliments à notre supermarché sans se laisser tromper par la température ou les dégustations sur place. La plupart du temps, ces dépenses sont calculées préalablement et sont nécessaires, ou du moins souhaitées, pour l’unité familiale. Elles suivent souvent la réponse oui à la question, est-ce que j’en ai vraiment besoin ?

Si nous souhaitons moins dépenser pour mieux consommer, ça implique de s’informer, de magasiner et de poser les bonnes questions aux ressources disponibles (famille, amis, évaluation en ligne, etc.) et de toujours vérifier notre état avant de faire un achat.

Partager l'article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Abonnez-vous à
notre infolettre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Laissez-vous inspirer par ces articles :

Hélène Boissonneault

Investir local et écoresponsable, c’est possible

Je crois sincèrement qu’acheter c’est voter. Je crois aussi que lorsque je fais un achat, j’investis dans une entreprise. C’est pourquoi j’essaie de mieux connaitre les entreprises avec lesquelles je fais affaire et de choisir celles qui concordent avec mes valeurs.

Lire l'article »