Voici ma maison écologique, saine et autonome du futur
Vanessa Cloutier

Vanessa Cloutier

Voici ma maison écologique, saine et autonome du futur

Depuis quelques années, j’ai le projet de construire ma maison autonome et résiliente : un nid d’amour pouvant s’adapter aux changements climatiques et pouvant ainsi subvenir aux besoins de ma famille. Avec cette pandémie de Covid-19 qui vient de traverser la planète en quelques semaines, je réalise l’importance pour moi de réaliser à bien ce projet. 

La semaine passée, j’ai vu des gens courir les épiceries et acheter compulsivement.

Puis, je me suis demandé ce que feraient ces gens dans une situation où il n’y aurait vraiment plus de nourriture, plus d’eau potable ou bien plus d’électricité. 

C’est pourquoi j’ai eu envie de vous parler d’une entreprise qui a été un IMMENSE coup de cœur pour moi : SolutionERA.

Cette dernière se spécialise en habitation écologique, en art de vivre et bientôt en entrepreneuriat.

En 2018, j’ai suivi la formation en Design de Bâtiment Écologique dont les sujets principaux sont : l’autonomie en nourriture, en eau et en électricité, la construction saine et éthique et le solaire passif. Ce dernier étant la façon d’orienter sa maison par rapport au soleil et le choix de matériaux appelés « masses thermiques » qui emmagasinent la chaleur pour la redonner plus tard. 

Depuis, je rêve donc de cette maison qui nous procurera chaleur, eau, nourriture, électricité et santé. Plus en détail, cette oasis comporterait un poulailler et une grande serre adjacente solaire passive et aquaponique (synergie entre poissons et plantes), nous permettant donc d’avoir fruits, légumes, œufs et poissons toute l’année sans même avoir besoin de chauffage. Un récupérateur d’eau de pluie y serait installé afin d’être indépendant de l’aqueduc et de faire de meilleurs choix face au gaspillage d’eau. 

Finalement, la maison serait construite de façon à accueillir des panneaux solaires lorsque le budget le permettra. Il faut savoir que ce qui coûte le plus cher en électricité, ce sont les éléments chauffants tels que le chauffe-eau, le chauffage, le four, etc. Le cours propose donc des solutions pour diminuer drastiquement les coûts de ces derniers dès la construction, mais aussi pour les choses peu coûteuses comme l’éclairage et les petits appareils. 

Beaucoup de personnes m’ont demandé si un tel projet allait occuper tout mon temps, en plus du travail et des enfants. Tout d’abord, je dirais « Non, pas si le design est bien fait », c’est pourquoi je suis en train de suivre une formation plus détaillée en permaculture, qui m’apprend à planifier pour que chaque élément de ma maison et de ma serre remplisse plusieurs fonctions et que chaque fonction soit remplie par plusieurs éléments. Ainsi, le temps d’entretien diminuera considérablement, tout en augmentant l’efficacité et la résilience, et tout ça de façon saine pour l’environnement.

Est-ce qu’un tel projet coûte beaucoup plus cher qu’une maison conventionnelle ? Le cours de SolutionERA nous apprend à bien choisir nos matériaux et à ne pas nous laisser berner par les ajouts coûteux et inutiles qui sont proposés normalement. La maison écologique ne coûte donc pas vraiment plus cher, mais elle fait économiser sur l’électricité puisqu’elle est bâtie de façon intelligente pour réduire les coûts en chauffage et climatisation, tout ça de façon passive, donc sans mécanisme et entretien.  

Pour ce qui est de la serre aquaponique, oui je dois prévoir un gros budget puisque c’est un projet de très grande envergure ! Cependant, il faut voir cela comme un investissement. Imaginez vivre dans un endroit magnifique où vous n’avez presque pas d’épicerie et d’hydro-électricité à payer, c’est alors beaucoup plus facile de mettre plus d’argent sur l’hypothèque ou bien de moins travailler, ce qui laisse donc plus de temps pour s’occuper de la serre, passer du temps avec les enfants et juste profiter de la vie qui passe si vite. 

Je fais partie de ceux qui ne croient pas au métro-boulot-dodo. Designer ma vie de façon à profiter au maximum de celle-ci, sans attendre ma retraite, sans course folle avec les enfants, et sans devoir me démener au travail pour suivre le coût de la vie qui monte beaucoup plus vite que les salaires, est devenu une priorité pour moi. Cette maison est donc un des piliers de la vie simple et extraordinaire à laquelle j’aspire, mais aussi une source de sécurité face aux catastrophes du futur.

Partager l'article

Abonnez-vous à
notre infolettre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Laissez-vous inspirer par ces articles :