Une image vaut mille mots accouchement
Vanessa Cloutier

Vanessa Cloutier

Le zéro déchet – Une image vaut mille mots

Lorsque ma fille avait trois ans, nous avions eu une discussion concernant l’environnement. À force de suivre un mode de vie zéro déchet et de me voir refuser ce qui était emballé, elle avait commencé à faire pareil. Qu’on lui offre un bonbon ou un cadeau enveloppé, elle le déclinait avec le sourire.

Puis, la pandémie est arrivée ! Comme il nous était impossible d’emporter nos plats dans les épiceries, nous avons été dans l’obligation de refaire une place à la poubelle dans notre maison. Au début, ma fille semblait triste dès que l’on jetait quelque chose. Je lui ai expliqué que cette situation était temporaire et que bientôt, nous pourrions reprendre nos habitudes. Quatorze mois plus tard, très peu d’endroits dans ma région acceptent de remplir mes pots et même si nous priorisons les emballages en carton, je trouve que ma famille produit encore beaucoup de trop de déchets liés à l’alimentation. Pour ma fille de cinq ans, ces quatorze mois sont une si grande partie de sa vie, qu’elle s’est malheureusement habituée à voir tous ces emballages.

En fin de semaine, ma tante est venue devant chez moi pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Pleine de bonnes intentions, elle a acheté des sacs à surprises pour mes deux filles. Comme j’étais occupée avec mon bébé, mes filles avaient déjà les sacs colorés dans leurs mains lorsque je suis arrivée et elles sautaient de joie ! J’ai donc pris la décision de ne pas leur reprendre, de faire une intervention avec elles plus tard et d’éventuellement, appeler ma tante pour lui expliquer notre vision écologique.

Le lendemain matin, je me suis assise avec mes enfants et je leur ai expliqué que le sac était rempli de bonbons et de jouets tous emballés individuellement. Nous avons aussi discuté des répercussions d’avoir trop de jouets inutiles dans la maison. Peu importe les arguments que j’amenais, découvrir ce qui se cachait dans les sacs colorés était trop tentant pour elles.

Depuis le début de notre transition écologique, nous avons une règle qui est plus importante que les autres : « il faut que tout le monde soit à l’aise avec nos décisions ». Leur forcer une action ne leur apprendra rien puisqu’elles feront comme elles veulent plus tard. Il est donc important que la décision vienne d’elles-mêmes, avec le sentiment de faire le bon choix.

En me voyant un peu découragée, mon copain m’a approchée avec une idée extraordinaire : au lieu de leur expliquer les conséquences négatives qui arriveraient en ouvrant le sac (ce qui est très abstrait pour elles), on va leur montrer et leur donner des solutions.

Nous les avons donc laissées choisir de les ouvrir ou non, et elles ont bien sûr choisi la première option. Chaque sac contenait environ sept sortes de bonbons et un jouet emballé individuellement. Elles ont d’abord été déçues par les jouets : une boule de pâte à modeler et un petit bonhomme pas très joli. Puis, nous avons ouvert tous les bonbons pour les mettre dans des bols. Après en avoir mangé cinq chacune, mon copain a alors demandé aux filles de prendre leurs déchets et de le suivre. Il les a amenées dehors et leur a indiqué de les déposer dans leur aire de jeu (nous nous étions assuré qu’ils ne partiraient pas au vent). Après quelques heures, il leur a demandé si elles avaient aimé jouer parmi les déchets. Leurs réponses ont bien sûr été « non ». Puis, il leur a expliqué que chaque fois que l’on jette un déchet dans la poubelle, ça reproduit exactement la même chose, mais ailleurs sur la planète, et donc, dans les habitats des plantes et des animaux.

Il les a ensuite amenées au magasin de bonbons où il a rempli un sac en papier de friandises beaucoup plus alléchantes. De retour à la maison, il les a mises dans un bol et a comparé la quantité, la qualité et les emballages des deux options. Nos filles ont alors eu une image concrète montrant que leurs choix peuvent faire une différence pour l’environnement, et ce, sans avoir à se priver. Celle de cinq ans est ensuite venue me voir par elle-même et m’a dit que la prochaine fois, elle refuserait les cadeaux emballés, car elle ne veut plus mettre autant de déchets dans la poubelle.

Partager l'article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email

Abonnez-vous à
notre infolettre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Laissez-vous inspirer par ces articles :

Une fete denfant zero dechet
Vanessa Cloutier

Une fête d’enfant zéro déchet c’est possible

En fouillant un peu sur Internet, j’ai vu que les centres d’amusement sont très populaires pour les anniversaires. Je suis donc allée en visiter quelques-uns et j’ai beaucoup aimé l’idée de fêter Alice là-bas. Cependant, j’ai vite compris que mon plus gros défi serait de réussir cette fête de façon zéro déchet (défi que j’adore relever). 

Lire l'article »